Le monde de Montalbano

18 octobre 2020

Et pour ce soir…

Classé sous Non classé — montalbano @ 20:03

Tiens, on va se faire un Montalbà ce soir.

Oui, mais lequel…

Tiens, au hasard… Le sourire d’Angelica.

Hop.

10 août 2020

Un abricot en ache-dé

Classé sous Non classé — montalbano @ 17:10

L’épisode « Un abricot » des Premières enquêtes est dispo en HD, sur sa page.

Un peu d’air

Classé sous Non classé — montalbano @ 14:01

eteardent398.jpg

eteardent415.jpg

8 août 2020

I luoghi di Montalbano

Classé sous Non classé — Dottor Pasquano @ 11:25

On n’a pas l’habitude de raconter sa vie sur ce blog, mais il y a des expériences à partager.

Votre bon dottor Pasquano, bien mauvais Français, se trouvait le 16 juillet dernier, jour officiel de la disparition du commissaire, sur les lieux comme dirait Catarella.
Afin de désamorcer tout procès d’intention à son égard, précisons que ces vacances étaient réservées de longue date, avant l’apparition du méchant microbe et que leur bonne tenue s’est trouvée longtemps menacée.
Mais bref, voilà donc le 16 juillet, votre docteur et Mme Pasquano, en séjour près de Taormina, qui enfourchent leur véhicule de location (une Fiat Tipo gris foncé métallisé, forcément) et qui se mijotent une petite escapade dans le Sud-Est baroque de la Sicile. L’île est quasiment aussi grande que la Bretagne et il faut déjà pratiquement deux heures de route pour arriver à notre première étape.

ISPICA

Petite ville peu connue mais charmante, située en hauteur et site de quelques tournages.
dav
La Chiesa della Santissima Annunziata devant laquelle Montalbano et Fazio discutent de l’enquête en cours dans La pista di sabbia
Peu de touristes ici, un couple de Français et un couple d’Italiens ensemble qu’on devine Montalbanolâtres et qu’on retrouvera à notre deuxième étape. Sinon, c’est bien tranquille…

A ne rater à aucun prix, à Ispica, la magnifique Santa Maria Maggiore
P1000365
située sur la superbe place semi-circulaire éponyme
P1000359   P1000368
qu’on retrouve dans les téléfilms issus des Camilleri « historiques » comme La stagione della caccia ou La concessione del telefono mais également dans le dernier Montalbano La rete di protezione.
Dans cet épisode, le commissaire, bloqué par le tournage d’une fiction suédoise à cet endroit, doit poursuivre son chemin à pieds jusqu’au commissariat. En réalité, il aurait eu bien du mal, car même en conduisant à la Sicilienne, il nous a fallu plus d’une demi-heure de route pour atteindre notre deuxième étape, celle où on trouve ledit commissariat.

SCICLI

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Scicli est une ville baroque somptueuse, haut-lieu Montalbanien

P1000381

Le commissariat de Vigàta n’est autre que la mairie de la ville, située sur une place où on retrouve également
P1000382

une pharmacie fréquentée notamment par le jeune Montalbano dans Capodanno
P1000386
Et là, surprise, en s’approchant sous les fenêtres du pseudo-commissariat :
P1000387
On nous propose de visiter en personne personnellement ledit commissariat.

Évidemment, M. et Mme Pasquano ne peuvent s’empêcher de profiter de l’absence du commissaire pour bénéficier de cette prestation modiquement facturée 3€ par personne.
Le quidam préposé à nous guider dans le commissariat a une diction catarellesque, est-ce volontaire ? et nous sommes seuls, sous nos masques, en sa compagnie.

P1000388

P1000392

Là, on se régale :
P1000390dav
Le standard de Catarella, on entend presque « Ah ! Dottori, dottori… »
dav
Le bureau du fidèle Fazio
On retrouve exactement les lieux du tournage. Petit détail cocasse, la porte menant normalement au bureau de Mimì, donne en réalité… sur un mur.

Enfin, le Saint des Saints, l’antre de Salvo :
dig IMG_20200716_120913
Tous les détails sont là, on retrouve même un courrier adressé au commissaire :
IMG_20200716_120935 dig P1000398 P1000397
Le guide catarellesque propose gentiment de vous photographier – masques enlevés – derrière le bureau :
IMG_20200716_121114
Commissaire, interdit de poser mon séant sur votre siège, je ne pus m’empêcher de m’y appuyer

Après cette visite inoubliable, il fallut bien se désaltérer à la terrasse du bar en face, où Montalbano partagea tant de cafés avec ses collègues
dav

Le temps tourne, après une frugale restauration
P1000548
les Pasquano mettent le cap sur la demeure du commissaire
P1000426

PUNTA SECCA

Encore une bonne quarantaine de minutes de trajet, la route habituelle étant coupée il a fallu faire un petit détour par Donnalucata où nous n’avons malheureusement pas pu découvrir la Mannarà qui y est située.
A Punta Secca, il faut se garer un peu loin, mais après une petite marche en plein cagnard, la récompense est là :
dig IMG_20200716_140034 dig digP1000436 dav
La maison est en réalité un gîte :
P1000435
Heureuse locataire !
Nettement plus de monde qu’à Ispica ou Scicli, mer oblige, mais pas trop de barouf autour de la maison, étrangement.

Une petite promenade sur le lungomare
P1000437
et nous voici devant chez Enzo
IMG_20200716_141405 dav P1000442 P1000440
On a déjà mangé, c’est dommage… Les prix ne sont pas donnés, il aurait fallu réserver, mais la carte est alléchante. Un petit plaisir à se faire la prochaine fois…
Et puis aussi, on est pressés, Pasquano Junior arrive à l’aéroport de Catane dans l’après-midi et nous sommes à deux heures de route.

Avant de repartir, il fallait bien une petite nuotata devant la maison du commissaire, votre bon docteur s’est jeté à l’eau :
dig dig IMG_20200716_142844
Oups, j’aurais peut-être dû aussi flouter ma bedaine, copieusement entretenue sur cette île gastronomique !

Sur la placette à l’arrière de la maison, un buste du Maître :
P1000433
Mais aussi une petite enseigne qui offre de bien alléchantes perspectives :
IMG_20200716_143510 IMG_20200716_151551
Étonnamment, très peu de marchands du temple, dans un petit kiosque on aura néanmoins trouvé 2 magnets :
IMG_20200729_102302
L’ensemble des souvenirs beaufs Montalbaniens ramenés par les Pasquano, le T-Shirt et le magnet de droite ont été dégotés… à Syracuse

DONNAFUGATA

Sur la route du retour, un petit arrêt, pour déguster nos cannoli devant le château de Donnafugata, aperçu en de nombreuses occasions, notamment en tant que demeure du vieux boss Balduccio Sinagra dans La gita a Tindari :
P1000453 P1000455
Pas le temps de le visiter, malheureusement, et encore moins de s’arrêter à la magnifique Ragusa Ibla, siège de bien des scènes de la série.
Faudra revenir !

BONUS TRACK : AGRIGENTO/SCALA DEI TURCHI

Bon, avec Pasquano Junior, la famille s’est rendue visiter la somptueuse Vallée des Temples à Agrigento. On ne vous fera pas l’insulte de mettre des photos maison, il y en a tant de plus jolies sur le web. Peu de monde là aussi, étonnamment, les rares touristes ayant bravé le 35° à l’ombre (quand on en trouve) sont en grande majorité Français (encore de mauvais citoyens).
A noter qu’on y trouve un panneau mentionnant le Maître, qui y envoie souvent la cultivée Livia :
P1010103
La ville de Camilleri, Porto-Empedocle, n’est pas loin. Sur certains panneaux, on voit même Vigàta accollée à son nom !
On y passe brièvement pour se rendre dans un haut-lieu camillerien, la Scala dei Turchi.
P1010154
Le jeune Montalbano la fait découvrir à Livia dans l’épisode Un albicocca.
L’endroit est superbe et très fréquenté, la mer est tiède… Un régal

Bon puisqu’on parle de régal, deux petites photos pour terminer :
IMG_20200727_205100

P1000960

 

Pour ceux qui souhaiteraient visiter les hauts lieux Montabaniens de manière plus ordonnée, sachez qu’il existe, au départ de Catane, des agences qui proposent des excursions sur ce thème.

31 juillet 2020

Riccardino

Classé sous Non classé — Dottor Pasquano @ 14:25

Écrit entre 2004 et 2005, retoqué en 2016, Riccardino, l’ultime Montalbano est sorti le 16 juillet dernier, conformément à la volonté de Camilleri qui souhaitait que son personnage fétiche ne lui survive pas. Car ce n’est pas un secret, le commissaire Montalbano disparait à la fin du livre.

Ce roman est totalement atypique, bien que les recettes traditionnelles soient là : un Catarella au meilleur de sa forme, un Fazio plus chien de chasse que jamais, un juge Tommaseo de plus en plus obsédé et des personnages secondaires truculents. L’histoire en elle-même pourrait sembler dans les cordes habituelles du commissaire : il est réveillé par un coup de fil à 5H du matin. Un certain Riccardino, inconnu au bataillon, lui signifie que lui et les autres l’attendent à un endroit précis. De toute évidence, il s’agit d’une erreur de nummaro. Encore envapé, Salvo décide de ne pas contrarier l’individu, lui dit qu’il se met en route et se rendort immédiatement. Une heure plus tard, l’appel traditionnel de Catarella : un homme a été abattu. Sur place, le commissaire réalise qu’il s’agit du Riccardino même qui lui avait téléphoné, tué devant ses trois meilleurs amis.
Quatre amis, surnommés les 3 mousquetaires, qui partageaient bien plus que ce qu’on peut partager entre amis…
L’enquête est âpre, la justice, le questeur et même l’Église s’en mêlent.
Mais pas que…
L’Auteur, celui qui, depuis plusieurs années, retranscrit les enquêtes de notre commissaire décide lui aussi d’apporter son grain de sel.

IMG_20200728_081317
La part belle au Maître dans les librairies siciliennes

Et c’est là que le livre prend une tournure différente : réflexions de Camilleri sur l’écriture, le succès télévisuel, la société sicilienne, l’État italien, la vieillesse. Des dialogues étonnants entre Andrea et sa créature Salvo…

Pour finir, je ne peux pas résister à la tentation de partager un extrait avec vous ; pardonnez ma traduction, je n’ai pas le talent de Quadruppani :

Le commissaire se gara le long du trottoir, descendit.
Et tout de suite, se tressa au dessus de sa tête un dialogue animé et aérien.
« Matez ! Matez ! L’commissaire arrive ! ».
« Montalbano c’est ! ».
« Qui ça ? Montalbanu, celui-là de la tilévision ? ».
« Non, celui-là le vrai ».
A Montalbano, il lui vint un violent coup de nirvosité. Une bonne dizaine d’années plus tôt, il avait eu l’idée de génie de conter à un auteur local une histoire qui lui était arrivée et celui-ci en avait aussitôt tiré un roman. Comme en Italie, à lire, il n’y a que quatre chats, la chose n’avait pas eu de conséquence. Et comme ça, il lui avait raconté, ne sachant dire non à l’insistance de ce grand casse-pieds de bonhomme, ‘ne deuxième, ‘ne troisième et ‘ne quatrième enquête que l’autre avait écrites à sa manière, en utilisant une langue inventée et en besognant tout en fantaisie. Et ces romans, va savoir pourquoi, étaient devenus les plus vendus en Italie et ils avaient même été traduits à l’étranger. A ce stade, les histoires étaient arrivées à la tilévision et avaient obtenu un succès extraordinaire. Et à partir de ce moment, la musique avait changé. Maintenant, tous l’areconnaissaient et savaient qui il était mais seulement en tant que pirsonnage de tilévision. Un cassage de roubignoles ‘nsupportable, qu’on aurait dit issu d’une comédie d’un autre auteur local, un certain Pirandello.
Et encore heureux que l’acteur qui jouait son rôle, très bon, ne lui ressemblait en rien et était, entre autres, plus jeunot d’une dizaine d’années (le cornard !), sinon il aurait été grillé, il aurait plus pu marcher dans la rue sans se faire arrêter à chaque pas pour des autographes.

25 juillet 2020

« La pyramide de boue » en HD x265 …

Classé sous Non classé — montalbano @ 18:18

Je viens de ré-uploader le film, qui n’était plus disponible.

Attention, ce format x265 est récent, et pas nécessairement visible avec tous les lecteurs vidéos. VLC et MPC le lisent bien en tout cas…

Voir la fiche du film pour le lien…

Sur France3, dimanche soir…

Classé sous Non classé — montalbano @ 13:43

Demain soir sur France3, diffusion d’un Montalbà : A l’autre bout du fil

En VF et probablement en VO sous-titrée, mais certainement pas avec nos (bons) sous-titres !

(Et dimanche prochain: Un journal de 1943)

http://www.dailymotion.com/video/x7v7jqr

22 juin 2020

Riccardino, l’ultime Montalbano… Premier aperçu.

Classé sous Non classé — montalbano @ 14:29

Vu sur vigata.org:

Le 16 mai 2020 a eu lieu un hommage à Andrea Camilleri. A cette occasion Antonio Manzini a lu le premier chapitre de Riccardino (Sellerio), ultime roman de la série du commissaire Montalbano.

Voici cette lecture, en VO seulement…

12 juin 2020

Schiavone 4 : début du tournage en juillet.

Classé sous Non classé — montalbano @ 10:25

Le tournage de la 4e saison de la série devait débuter en mars dernier, mais les circonstances…

Il devrait quand même commencer en juillet, et ils cherchent du monde, selon AostaSera.it.

Autre lien avec entrevue de Giallini.

23 avril 2020

La concession du téléphone !

Classé sous Non classé — montalbano @ 17:41

Et oui, le film est maintenant dispo, sous-titré bien sûr, .

Il y a aussi les pages dédiées aux deux épisodes de Montalbà qui n’en avaient pas, Salvo bien aimé, Ma Livia et La toile de protection.

12345...25

idées en liberté |
Une Histoire, Mon histoire:... |
mehri blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Recueil du coeur ouvert ...
| kilari1504
| Maudits